Le secret de la vraie liberté

par | Déc 10, 2019 | La liberté avec soi-même, Liberté avec Dieu, Liberté avec les autres | 0 commentaires

Il y a plus de 15 ans, j’avais un devoir à réaliser :

La tâche était :

Choisir une photo parmi plusieurs magazines et noter :

1.quelle personne de l’image te représente
2.quelle personne veux-tu devenir ?

J’ai choisi la photo que tu vois ici.

J’ai écrit :

  1. Je me sens comme ce chien, me débattant, luttant contre tant d’émotions et de croyances. Me sentant malheureux, plein de confusion, de frustration, me sentant accablé.

  2. Je veux devenir celui à l’avant avec le maillot rouge. Je veux vivre, tout donner, avec identité, unité, foi et passion.

Je connais ces sentiments de honte pour qui je suis. Cette conviction d’être indigne d’être aimé.
Je me souviens de m’être sentie malheureuse et indigne, essayant de répondre aux attentes de ceux qui m’entouraient ou même à celles que j’avais envers moi-même.
Je connais ce sentiment douloureux de honte, qui me poussait encore plus profondément dans cette certitude de ne pas être assez, de ne pas être capable, d’être sans valeur, de ne pas pouvoir être aimé.
Je me comparais à ceux qui m’entouraient.
La peur, la honte, la souffrance, l’indécision, la confusion, l’envie, la frustration, le sentiment d’être dépassé, la suppression des problèmes, étouffement des pensées, passivité et désespoir… Étaient tous une réalité dans ma vie.

J’étais chrétien ; j’avais donc entendu parler de l’amour de Dieu pour moi.

Mais d’une certaine façon, cette réalité était hors de ma portée. Après tout, je savais à quel point j’étais imparfaite. J’étais bien consciente de mes faiblesses et de mes incapacités. J’ai essayé avec acharnement d’avancer dans ma vie, de lutter contre mes croyances, de surmonter mes peurs, de faire face à mes sentiments de honte et de dénigrement.

J’ai essayé d’être une « bonne chrétienne », mais terrifiée à l’idée de laisser quelqu’un s’approcher assez près de moi pour me connaître vraiment… Et découvrir combien je suis vraiment imparfaite et défectueuse.

Aujourd’hui, presque deux décennies plus tard, je deviens toujours plus cette personne avec le maillot rouge. – menant une vie de plénitude, donnant tout, avec identité, unité, foi et passion.

Qu’est-ce qui a changé ? Quelle réalité a transformé ma vie ?

Je pourrais te parler de beaucoup de choses qui, additionnées, m’ont aidée à arriver là où j’en suis aujourd’hui.

Des gens extraordinaires qui m’aimaient au-delà de mes défauts, des perspicacités que j’ai eues et qui m’ont suffisamment touché le cœur pour les saisir et les appliquer, de la miséricorde de Dieu qui, dans son infinie douceur, patience, me conduit à ce endroit que je me trouve aujourd’hui.

Cependant, dimanche dernier à l’église pendant un temps de louange, j’ai réalisé qu’il y avait une vérité profonde que j’aimerais partager avec toi, une réalité qui est si transformante et si belle que je vais simplement essayer de la mettre en mots dans cet article.

C’est parti. Allons-y :

Pendant ce temps de louange, nous avons chanté une chanson qui allait comme cela :

…… Mon Bien-Aimé, Tu as capturé mon cœur.

Ne veux-tu pas danser avec moi

Oh, Amant de mon âme

Au chant de tous les chants ?

Avec toi, j’irai 

Tu es mon Amour, Tu es mon Fair One……

 L’expression « amant de mon âme » a profondément touché mon cœur.

Nous y voilà.

C’est la réalité qui a transformé ma vie et qui continue de le faire.

Il y a un Dieu qui aime mon âme.

Un Dieu qui voit au-delà de mes efforts, de mes accomplissements, de mes capacités. Il voit au-delà de cette image que j’essaie de représenter à l’extérieur ; Il voit le vrai moi.

Il voit nos besoins les plus cachés, nos désirs, notre douleur et nos rêves.

Il voit nos plus grands échecs, nos mauvaises décisions, nos compulsions et nos dépendances – même celles que nous sommes capables de dissimuler à d’autres personnes.

Et pourtant, il nous aime !

Il aspire à nous tendre la main, à nous trouver et à nous aimer.

Quand j’avais sept ans, j’ai invité Jésus dans ma vie – c’était le jour où mon esprit a été sauvé et où je suis devenue un enfant de Dieu.

Mais c’est la réalité qu’il était « l’Amant de mon âme » qui m’a conduit à la liberté dans mon âme.

C’est Lui qui m’a créé avec mon ADN unique.
Il a mis en moi une essence unique qui fait de moi ce que je suis.
Il ne me voit pas par mes réalisations ; il me voit tel que je suis vraiment, au fond de moi, quand personne ne regarde.

Dans la Bible, il y a un passage qui dit :

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » Jean 3:16

Il n’est pas écrit : « Il aime ceux qui réussissent bien, ceux qui évitent les ennuis et ceux qui font tout comme il faut « .

NON ! Il dit : Il aime le monde.

Et nous savons tous à quel point ce monde est foutu.

Comme on peut être dans un sale état, toi et moi.

Et pourtant, il nous aime !

Ma relation avec Dieu a changé (et change encore) puisque je comprends de plus en plus qu’Il aime mon âme.

Plus j’entre dans cette vérité, plus la liberté entre dans ma vie.

La liberté d’être moi.

La liberté de lâcher prise de l’image de ce que je devais être – et de devenir authentique, réel et vulnérable pour être qui Dieu m’a créé pour être.

La vraie vulnérabilité, c’est d’être vu, d’être connu et d’être réel. C’est de venir à bout de nos faiblesses et de les accueillir comme un don de Dieu.

Plus je peux marcher dans cette réalité, plus je peux me débarrasser de mes peurs et de mes sentiments de honte et d’inadéquation.

Plus j’entre dans la réjouissance de comment Dieu m’a fait, plus je me sens heureux d’être moi : J’ai des moments où j’adore Dieu pour ce qu’il m’a fait , simplement parce que je vois la bénédiction que je peux être en étant moi.

Cela vient avec la compréhension que je ne peux être que moi.

Qui je suis au fond de moi a toujours transpercé, peu importe à quel point j’ai essayé de le supprimer ou de le changer, croyant que ce n’était pas assez. Le vivre me permet d’aimer, d’aller au-delà de moi-même. 

Nous ne pouvons le faire que lorsque nous cessons de dénigrer constamment qui nous sommes en essayant de copier les autres et en essayant d’être eux 

Plus je marche sur ce chemin, plus je vois des gens autour de moi avec ces mêmes yeux.

Je vois leur beauté, leur ADN unique, leur essence merveilleuse et étonnante, comment Dieu les a créés pour être. Je peux voir au-delà de leurs murs des peurs ou des insécurités – directement dans leur bel être unique.

Et j’aime cela de tout coeur ! 

Voy-tu, c’est vraiment ainsi : c’est vrai :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (la Bible, Matthieu 22.39)

Tu ne peux pas aimer les autres plus que toi-même.

Plus tu t’aimes, plus tu peux aimer les autres.

Plus tu marches avec liberté, passion, unité et amour.

Ma prière pour toi et pour moi est que nous puissions expérimenter ce Dieu merveilleux qui aime notre âme. Que nous pouvons accepter que Jésus soit mort sur la croix pour nous afin que nous puissions être transférés dans son royaume. Que nous pouvons apprendre à vivre avec les principes royaux et entrer dans ce processus de transformation à son image.

Nous sommes créés à son image et plus nous le regardons, plus nous nous laissons aimer par lui, plus nous pouvons chanter tous ensemble :

……. Mon Bien-Aimé, Tu as capturé mon cœur

Ne veux-tu pas danser avec moi

Oh, Amant de mon âme

Au chant de toutes les chansons ?

Avec toi, j’irai 

Tu es mon Amour, Tu es ma Belle…….

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *