Mon parcours de la dernière décennie et les leçons que j’en ai tirées

par | Jan 11, 2020 | La liberté avec soi-même, Liberté avec Dieu, Liberté avec les autres | 0 commentaires

Cette dernière décennie a été un voyage extraordinaire qui s’est transformé en une aventure passionnante que je ne voudrais pas manquer.

Je me suis mariée, j’ai accouché de 4 bébés, nous nous sommes installés en achetant la maison dans laquelle Benny a grandi, nous sommes devenus propriétaires d’un commerce, nous avons commencé ce blog pour ne citer que quelques endroits que nous avons découverts

J’aime mon mari, mes enfants, j’aime les magnifiques personnes qui m’entourent ; elles rendent ma vie si riche et passionnante !

En regardant en arrière, je suis émerveillée et profondément reconnaissante.

Mais mon émerveillement et ma gratitude vont au-delà des choses que j’ai accomplies.

Je n’ai pas oublié d’où je viens. Je me souviens de cette profonde insécurité, de cette honte de qui je suis, de la lutte concernant mes échecs et des sentiments de dévalorisation. Je me souviens des nombreux mensonges que j’ai crus à propos de moi-même et de Dieu, mensonges qui ont créé de fortes émotions en moi qui m’ont conduit à des décisions et des choix qui m’ont amené plus profondément dans l’insécurité, la honte, l’échec et les sentiments d’indignité.

La décision de me marier avec Benny a été un grand combat en soi :

Quand je l’ai rencontré, j’étais le genre de fille aventureuse. J’aimais d’autres pays, d’autres cultures, être confrontée à de nouvelles langues, à de nouveaux aliments et à de nouvelles coutumes. Je me sentais vivante dans des situations qui étaient remplies d’inconnu, d’inattendu et de singularité. 

Benny était tout le contraire.

Il n’a jamais quitté le domicile où il a grandi. Il a toujours travaillé dans la même entreprise dans laquelle il a commencé son apprentissage à l’âge de 16 ans. Il n’imaginait son avenir qu’en Suisse

Quand il m’a rejoint pour un voyage de 6 mois en Bolivie et au Chili en 2008, il a eu un grand choc culturel, souffrant de ces mêmes choses que j’aimais : La culture, la nourriture, les coutumes, l’inattendu, les nombreuses situations auxquelles il faut s’adapter.

Mais plus je le connaissais, plus j’étais impressionnée par ce qu’il est. Son cœur. Sa maturité. Sa stabilité. Sa façon inébranlable de me traiter avec honneur et dignité. Son amour pour Jésus. Son coeur pour moi. Les nombreuses choses que nous avons en commun et la façon dont nous nous comprenons.

J’étais si déchirée : que faire ? Épouser cet homme – réaliser ce rêve d’avoir une famille mais abandonner ces choses qui me faisaient me sentir vivante et libre ? Ou abandonner ce gars et aller pour ces sentiments de liberté ?

Ma vie s’est transformée en une grande prière :

« Dieu, montre-moi ce que je dois faire ! »

Après plusieurs mois de lutte, j’ai senti que Dieu me disait :

« Jeanne, épouser Benny sera la décision la plus sage que tu puisses prendre dans ce domaine de ta vie. »

Et parce que j’aime Jésus, et parce que je voulais faire preuve de sagesse – et d’après mon expérience passée, on ne peut pas toujours faire confiance son propre monde émotionnel, ses sentiments et son propre coeur ; j’ai décidé de l’épouser.

Aujourd’hui, une décennie plus tard, je sais que j’ai pris la bonne décision ; je sais profondément que l’épouser était vraiment la plus sage décision que j’aurais pu prendre !  Cependant, j’ai appris que  » sage  » ne signifie pas nécessairement facile :

 

J’ai abandonné la vie que je connaissais, j’ai quitté ma zone de confort et mes sécurités. J’ai laissé les choses qui me faisaient me sentir vivante et libre.

 

Il y a quelques mois, lors d’une retraite avec Benny, nous écrivions – chacun pour soi – nos rêves et nos souhaits pour l’avenir. J’ai mis beaucoup de choses par écrit : une page entière s’est transformée en une baie d’espoirs et de rêves pour mon avenir, notre avenir en tant que couple, en tant que famille, ma relation avec Jésus et les autres.
J’ai inclus la dimension du voyage. J’ai inclus les choses qui m’ont fait sentir, dans le passé, libre et vivant.  Cependant, à la fin, j’ai écrit :

« Mon plus grand rêve est qu’il ne reste rien de cette fille insécure et sans défense qui se sent comme un échec, honteuse, sans valeur, ne méritant pas l’amour, l’attention et la connexion. »

En écrivant ces lignes, j’ai réalisé que cela a toujours été mon plus grand rêve. Pour moi, ce rêve avait tellement plus de valeur que tous les pays où je pouvais voyager, toutes les langues que je pouvais parler ou la belle culture étrangère dans laquelle je pourrais vivre. C’était tellement plus que tous les sentiments d’être vivant et libre que j’expérimentais dans le passé en montant dans un avion ou en apprenant à connaître une nouvelle culture.

Ce désir profond qui est au plus profond de chacun d’entre nous:

 

celui d’aimer et d’être aimé.

 

Et je me suis rendu compte que c’est exactement ce que la dernière décennie a été.

J’ai dû faire face à ma peur de l’intimité.
J’ai dû regarder mes échecs.
J’ai dû traverser ces sentiments intenses de honte et d’indignité.
La voie à suivre était de s’installer et de simplement  » être « , d’apprendre à être vulnérable et transparent.

C’était tellement effrayant !

Mais parce que j’aime Dieu et parce que je voulais faire preuve de sagesse – et parce que j’ai fait l’expérience dans le passé qu’on ne peut pas toujours faire confiance à ses propres émotions, à ses sentiments et à son propre cœur – j’ai décidé de rester sur ce chemin.

Et c’est ainsi que cette dernière décennie s’est transformée en le voyage le plus extraordinaire de ma vie.
Et ce voyage n’avait rien à voir avec la réussite ou le statut. Être une épouse, devenir une mère, avoir une maison, une entreprise ou un blogue ne sont pas les choses qui m’ont amenée à un lieu de liberté et d’identité.

 

Ni le statut, ni la réussite, ni la possession ne peuvent apporter à quiconque cette liberté intérieure, cette paix et cette joie que je ressens de plus en plus au quotidien.

 

Bien plus, c’est en lâchant prise sur mes façons de me protéger, en acceptant de faire face à ce que je ressentais vraiment envers moi-même et envers Dieu que j’ai trouvé la paix.

Et comme je l’ai écrit dans cet article, Dieu ne m’a pas transformée en quelqu’un d’autre. Je ne me suis pas transformée en quelqu’un de plus brillant, de plus capable, de plus sainte ou de meilleur qu’avant. Il n’a pas non plus effacé les cicatrices de ma vie ou fait oublier des expériences douloureuses. Je me souviens encore de la réalité de mes échecs et de mes erreurs passées.

Il a plutôt utilisé cette dernière décennie pour me libérer de cette honte qui englobait tout mon être, qui déterminait la façon dont je me voyais, ainsi que les autres et Dieu.

J’écrirai plus sur le sujet de la honte dans un autre article, mais regardons la définition de la honte dans le livre  » facing shame  » de Fossum/Mason, page 5:

 « La honte est un sentiment intérieur d’être complètement déprécié ou insuffisant en tant que personne. C’est le fait de se juger soi-même. (…) Un sentiment envahissant de honte est la prémisse permanente que l’on est fondamentalement mauvais, inadéquat, défectueux, indigne, ou pas entièrement valable en tant qu’être humain. »

 

Donc, la façon dont Dieu m’a conduit vers la liberté n’était pas en me donnant un titre tel que  » épouse, mère, bloggeuse « . Il ne m’a pas non plus fait oublier mes expériences passées, mes échecs et mes souffrances.

 

Il ne m’a pas transformée en quelqu’un qui serait plus brillant, plus capable, plus saint ou meilleure que je ne l’étais.

Il m’a plutôt amené à comprendre qu’il m’aime. Qu’il aime tout ce qui me concerne, tout mon être avec toutes les émotions, les pensées profondes et les rêves.

Qu’il m’a créée unique, spéciale, capable de marcher dans les voies qu’il a préparées pour moi.
Qu’en lui, nous avons la liberté d’être, de vivre, d’aimer et de vivre la vie  en abondance.
Qu’en lui, nous sommes appréciés, chéris, aimés et honorés.

Pas pour ce que nous faisons. Ni pour les choses étonnantes que nous accomplissons. De la même façon, nous ne sommes pas moins aimés pour les erreurs que nous faisons ou les fois où nous échouons totalement.

 

Cela est vrai pour moi – comme aussi pour toi ! 

Plus je comprends cette réalité, plus je marche dans une liberté dont je ne connaissais pas l’existence. Aucune aventure, aucun beau pays ou expérience ne peut rivaliser avec ce que je découvre à travers ce voyage pour affronter ma peur de l’intimité, regarder mes échecs, passer par ces sentiments intenses de honte et d’indignité.

Aujourd’hui, j’aime profondément ce Dieu et je suis si reconnaissante de voir où je suis dans ma vie. En regardant ma vie dans son ensemble – avec toutes les expériences douloureuses, les cicatrices, mes propres échecs et erreurs – je ressens un profond émerveillement et de la gratitude pour un Dieu qui nous a libérés pour être .

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *